Aller au contenu principal

Meek Mill, des songes à la réalité

Loin de l’effrayer, les monstres de la rap sphère stimulent sa répartie. Sur sa liste noire figurent donc The Game, Drake et Beanie Sigel, contre qui les clashs sont devenus le théâtre de battles médiatiques. Qu’il en sorte vainqueur ou pas, Meek Mill reste un compétiteur hors pair. Le 28 octobre 2016, il sert sur un plateau de 14 titres un appétissant gratin musical pour son dernier album, nommé DC4Life : 21 Savage, French Montana, Young Thug, Lil Uzi Vert ou encore Nicki Minaj en guise de succulents featurings. Ses amis valent un pesant d’or plus lourd que ses ennemis. Focus sur une carrière que les embûches n’ont guère entravées, si ce n’est bâti de solides fondations.

En l’an 1987, le petit Robert Rihmeek William voit le jour à Philadelphie en Pennsylvanie. Petite remise à niveau géographique. Etant difficile, pour nous, petits frenchies, de situer chaque état et chaque ville sur l’immensité du continent Nord Américain, voici un rappel qui aidera à comprendre d’où vient Meeky : la Philadelphie se trouve à 199 km de Washington et 150 km de New York.

2048x1536-fit_carte-philadelphie

Reprenons. Un passé et une enfance douloureuse le poussent à trouver un exutoire vital : la musique. Aussi triste soit le vécu de celui que son oncle considérait comme « un mouton noir », car timide et réservé, son quotidien ne sort pas du lot de milliers d’autres américains en situation de précarité. A la différence de tous ces homologues de galère, le mouton noir se lave de toutes ses faiblesses et devient Meek Mill en 2003, formant d’abord le groupe Bloodhoundz avec trois de ses amis. Ainsi font, font, font, 4 mixtapes et puis s’en vont. Le groupe se sépare. Flamers, c’est le titre de sa quatrième mixtape. Ne laissant pas indifférente la fine oreille de Charlie Mack, fondateur et président du Label 215 Aphiliyated Record. Celui-ci le signe. S’en suivent Grand Hustle et Warner Bros. L’immense machine des opportunités est en route.

Premier album, premier single, premiers feats : premières consécrations

En 2012, son premier album, Dream and Nighmares, est dans les bacs. La star montante entre sous la bienveillante protection de Rick Ross, en intégrant son label Maybach Music Group. Son premier single est d’ailleurs l’occasion de sceller un pacte de la gratte unique par un feat avec Rick Ross, nommé Tupac Back. Cet album est déjà une pépite collaborative puisqu’y figurent aussi T.I, Lil Wayne, Dj Khaled et Swizz Beatz. Il intègre également d’autres génies du rap US à une mixtape nommée Dreamchasers (traduction : attrape-rêve) : Yo Gotti et Beanie Sigel, dont il ne tarde pas à s’éloigner, jusqu’au récent clash pour une histoire de gros sous. Avant de se mettre à dos l’illustre Drake, il l’intègre au deuxième round de sa mixtape, identiquement nommé. Cette fois ci, le calibre est énorme : se joignent à lui Kendrick Lamar, Big Sean, 2 Chainz ou encore Jeremih. Petit Meeky joue désormais dans la cour des grands. Et pour cause : il totalise 1,5 millions de vues quelques heures après la publication de son chef d’œuvre musical.

Dream Chasers Records, un label bien à lui 

Pour son round 3, Dreamchasers compte en 2013 des featurings avec Future, Akon, Waka Flocka Flame, Trina, Jadakiss et Rick Ross, allié de toujours. Son second album Dreams Worth More Than Money annonce une compilation dont les tintements du succès font écho partout. On note encore le très salué et excellent featuring pour le titre R.I.C.O avec Drake. Ca aussi, c’était avant le clash. C’est sans compter la collaboration devenu un des tubes de l’été 2015 avec Chris Brown et Nicki Minaj pour All Eyes On You. Le titre de l’album reste mignonnet, presque enfantin car innocent et idyllique. Cette carapace construite autour de ses ambitieuses aspirations l’amène à lancer son propre label en 2012 : Dream Chasers Records. Il signe alors l’année d’après Lil Snupe, jeune espoir de 17 ans. Pour la petite histoire : le rêve tourne macabrement au cauchemar pour son nouveau protégé quand la loi de la street dicte celle du Talion : Lil Snupe reçoit deux coup de feu mortels.RIP.

La vie continue. Plus précieuse que jamais, Meek en jouie et continue les impressionnantes collaborations en 2016 dans ce troisième album, DC4Life. Il intègre Lil Snupe et French Montana dans un Outro. Bel hommage. En rap comme dans la vie, l’union fait la force.

14720408_1314009245304624_7531216348805006537_n

Album 2016 :

DC4 – TRACKLISTING

1.“On the Regular”
2. “Blessed Up”
3. “Letty” feat. Tory Lanez
4. “Shine”
5. “Froze” feat. Lil Uzi Vert & Nicki Minaj
6. “The Difference” feat. Quavo
7. “Lights Out” feat. Don Q
8. “Blue Notes”
9. “Offended” feat. Young Thug & 21 Savage
10. “You Know” feat. YFN Lucci
11. “Way Up” feat. Tracy T
12. “Two Wrongs” feat. Guordan Banks & Pusha T
13. “Tony Story 3”
14. “Outro” feat. Lil Snupe & French Montana

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

janvier 2017
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

RSS Infos à gauche…

RSS Infos à droite…

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.
%d blogueurs aiment cette page :