Aller au contenu principal

Barbarie contemporaine

L’hostilité évolue à mesure que l’homme grandit. Là n’est pas un triste constat schopenhauerien mais une réalité équilibrant la balance, existant depuis toujours. La progression n’existe pas sans risque. En cause ? La perfectibilité de l’Homme. Les Nouveaux Sauvages, c’est l’illustration de notre folle magnificence. Hasta que la muerte nos separa Ce film s’écoule en deux courtes heures par son efficacité. Il se découpe en plusieurs sketchs et compose ainsi une succession de 6 courts métrages dynamiques réalisés par Damián Szifron. L’Argentine est à l’honneur et démontre un talent et une technique louables dans le milieu du 7ème art : images tournées  avec précision, décors variés, bande son rythmée par des jeux d’acteurs (pour la plupart Argentins ou Espagnols) sincères et troublants. Les histoires se déroulent en Amérique Latine. Sélectionné au Festival de Cannes 2015, le film concourrait également pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère durant l’édition de 2015. Les-Nouveaux-Sauvages-Affiche-France-

Ces deux heures constituent une immersion dans notre propre psychologie, une « connexion cosmique » avec soi-même dans son rapport à l’autre. L’autre n’est pas seulement  l’enfer que décrit Sartre.  Nous sommes les autres de l’autre et donc ce potentiel danger infernal pour nos semblables lorsque nos extrêmes s’emparent de nous. Ainsi, « tout le monde peut perdre le contrôle. »

Il met en scène l’imprévisibilité de l’Homme. La chute de chaque sketch vient rompre la linéarité de l’histoire, devenant macabres et inédites, fruit d’une indéniable fascination. Faire du mal est tantôt ambitieux, tantôt prémédité, tantôt accidentel. Dans tous les cas de figure, la rupture est émotionnelle. Ovation aux acteurs : Ricardo Darin, Oscar Martinez, Erica Rivas, Dario Gandinetti, Julieta Zylberberg, Rita Cortese et bien d’autres, sans qui le film ne serait pas un tourbillon sentimental interprété avec justesse. Les-Nouveaux-Sauvages Il dresse une critique du système social, sécuritaire, judiciaire, politique mais aussi familial. C’est une analyse des réactions allergiques des individus empreints de folie, basculant dans cette nouvelle barbarie. Le choc est utilisé à bon escient. La mort n’est pas un amusement mais Damián Szifron sait faire rire de cette effrayante faucheuse par une ironie rigoureuse. les-nouveaux-sauvages-photo-ricardo-darin Le réalisateur est habile dans sa communication. On n’y trouvera pas de leçon de morale, pas d’exemples précis à suivre, pas de stigmatisation à proprement parler. L’essentiel est de penser, de ressentir et de rire à travers cette réalisation ! Du génie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

juillet 2015
L M M J V S D
« Juin   Oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

RSS Infos à gauche…

RSS Infos à droite…

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.
%d blogueurs aiment cette page :